Arnis Kali Summer camp 2016 – jour 4

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

Fort à propos, il me fut confié le soin de coucher sur mon écran la journée de jeudi.

Si je n’ai pas assisté au débat qui arriva cette décision, il est évident que les Romains antiques, qui, pour leur maîtrise de l’espace, furent nos parrains cette année, en sont une clé de lecture : c’est donc évidemment le jovis dies, le jour de Jupiter, qui m’a été confié. (Fort à propos non pas en raison de ma maîtrise martiale qui ferait de moi un seigneur parmi les dieux – ce rôle échut à un autre, capable sous nos yeux éberlués de faire repousser son pouce arraché ou de se transformer en chanteuse de théâtre non – mais parce qu’à l’instar de la planète mes jambes me semblent un peu plus lourdes chaque jour).

La métaphore astronomique est adéquate puisque nous consacrâmes largement ce jour de Jupiter aux étoiles. Retenons qu’il en existent trois sortes :

– la première, est métallique, ramassée, piquante et tranchante, piquante et tranchante (non ce n’est pas une erreur de copier coller)
– la deuxième est découverte en son temps par Vitruve, est végétale, ample, et dotée de cinq points cardinaux.
– la troisième provient d’un miracle de multiplication des coups – qu’on me dit plagié par un usurpateur qui aurai justement eu maille à partir avec les Romains – qu’un disciple du Jupiter mythologique évoqué précédemment  nous fit démonstration.

 

Existe-t-il d’autres étoiles ? Certaines ont-elles brillé cette semaine ? Cela nous ne le saurons que le jour suivant, vendredi, jour de Vénus…

Article de Franck Plasse

Photo de Valérie Rochery & Sylvain Garcia

 

ARNICA-2016-08-08120751-0013.jpg

 

ARNICA-2016-08-11110608-0085.jpg

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email