Peuplement des Philippines depuis la préhistoire (suite)

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

Article précédent traitant du même sujet : Peuplement des Philippines depuis la préhistoire

De façon à synthétiser ces informations et garder en mémoires quelques repères temporels, voici ce que nous pouvons vraisemblablement retenir:  Les recherches paléontologiques et ethno-linguistique tendent à démontrer que la provenance des habitants des Philippines est multiple.

Les recherches ethno-linguistique montrent que la racine commune de toutes les langues et dialectes de l’archipel est rattachée au type Austronésien. La famille linguistique austronésienne regroupe plus de six cents langues à partir de Madagascar sur les cotes Africaines à l’ouest, jusqu’à l’île de Pâque près des cotes sud-américaines vers l’est. Toutes ces langues comme les cultures dont elles font parti sont en constate évolution.   « Sur l’arbre linguistique austronésien, les langues des philippines sont situées sur les branches les plus basses, ce qui revient à dire que ces langues étaient présentes dans l’archipel bien avant qu’elles n’apparaissent dans la péninsule malaise ou les îles du pacifique. » William Henry Scott dans son livre « Barangay ».

En ce qui concerne les ancêtres des habitants actuels, nous pouvons trouver des traces de peuplement dans l’archipel qui s’étalonnent sur trente-cinq mille ans: Migrations successives, mouvements de population dans l’archipel, brassages ethniques et assimilations des groupes antérieurs ainsi que de nombreuses influences et interactions culturelles. Il ne s’agit pas de migrations massives de populations mais de petites colonies d’origines diverses provenant des autres archipels du sud-est asiatique ainsi que du continent par le nord, le sud et l’ouest.   D’une manière très schématique, nous noterons un peuplement à partir de 30,000 ans avant JC (ou même antérieur) qui voit l’arrivée des Australoids; Leurs descendants actuels sont les Negritos ou Aetas, reconnaissables à leur pigmentation très foncée et des traits rappelant les aborigènes d’Australie. Ces peuples de chasseurs semi-nomade habitent les forêts et leur arsenal de combat est plus spécifiquement centré sur des armes de chasse en forêt comme la sarbacane, l’arc et la flèche.

La seconde phase de migration datant de cinq à six milles ans Avant JC est constituée de peuples que les anthropologues désignent par le terme de « Mongole du sud » ou « Laymen » ou encore « Austronésien ».  Les échanges culturels structurent les communautés avec une sédentarisation plus forte qui entraîne une spécialisation des taches et une stratification sociale. A partir de cette sédentarisation se développera le besoin de protéger les villages et les richesses.

Avant la période coloniale, il est intéressant de noter que chacun de ces groupes ethniques avait développé une culture guerrière très spécifique. A l’arrivée des Espagnoles, la population de l’archipel est évaluée entre un à deux millions d’habitants repartis sur plusieurs îles recouvertes à 90% par des forêts primaires. Au seizième siècle, les différents peuples des Philippines utilisent des armes différentes d’une tribu à l’autre. Ceci implique, induit et explique une culture guerrière spécifique. La nature des armes utilisées influence l’art du combat donc les comportements sociaux et à l’inverse les armes sont le reflet de la culture. Ainsi, les armes utilisées nous parlent aussi bien de l’art martial lui-même que de la culture dont il émane.

C’est dans les différentes phases de peuplements et les origines diverses des tribus ainsi que les multiples interactions entre les diverses sociétés de l’archipel que l’on trouve la diversité des influences martiales de la préhistoire à aujourd’hui: Polynésienne, malaise, indonésienne, chinoise, japonaise, européenne et enfin plus récemment, américaine. Par contre c’est dans l’histoire commune et la spécificité culturelle des philippins quel que soit leur groupe ethnique que l’on comprendra l’unicité des arts du combat aux philippines.

Si nous devions déterminer la période historique ou les arts martiaux Philippins étaient le plus avancés, nous devrions plutôt nous poser plusieurs questions plus spécifiques. Parlons-nous d’efficacité des techniques martiales ou de sophistication? Faisons-nous allusion à l’art de guerre ou aux techniques de combat individuel? Survie dans la jungle ou guérilla urbaine?   Maintenant si nous recherchons “l’Age d’Or’ des Arts Philippins la réponse se doit d’être … “Il était une fois…”

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email