Stage ARNICA 2019 – jour 3

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

Compte rendu du stage d’été Arnis Doblete Rapilon sous la supervision de GM Dani Faynot.

Jour 3 – Texte de Romuald

Réveil, 5h50. J’ai beau être matinal, j’ai mal. Fourbue, courbaturé, les marches de l’escalier me semblent interminables. Tel Héphaïtos forgeant pour les dieux, Shye me sculpte un corps de spartiate.

Petit-déjeuner en compagnie des nouvelles du monde, c’est toujours le chaos, tout va bien. Mes camarades me rejoignent et à l’instar du poisson d’Astérix, ils ont pas l’air frais.

Passage au lieu d’aisance et lâcher prise. Habillage puis brossage de dents, c’est le départ pour l’arnis camp.

7h00, j’apercçois notre préparateur physique et me vient en tête cette chanson de Kajagoogoo, Too Shy « aie, aie ».

Les rotations s’enchainent, j’ai mal mais je pense à Lili qui ne s’est jamais plaint des douleurs de la maladie. Galvanisé, je repars de plus bel.

Je ne craquerais pas. Après les flexions, les déflexions. Nouveau changement de trajectoire. Le couteau… Une chape de plomb vient de s’abattre sur les stagiaires. Parce que la lame vivante est messager de mort, parce les larmes appaisent le coeur mais ne ressuscitent personne, parce que le droit à l’erreur n’existe pas. On ne joue plus et l’attitude du maître d’armes est la pour le rappeler.

Appliqués les stagiaires écoutent les conseils de leur enseignant du jour, ponctués des recadrages de Dani.

Fin de l’entraînement, la tension retombe. Place au jeu. Passes, cadrages, débordements, les schémas de jeux se mettent en place. Avec la maitrise vient le plaisir et les sourires.

12h00. La maitresse de maison sonne la fin de la récrée. Dernière action, course de Michaël, essai et golden carotte. La loose…

Repas, convivialité, échanges, l’apprentissage ne se limite pas à la pratique physique.

L’après-midi, c’est formation instructeur, mais ça, c’est une autre histoire.

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email