World Arnis Doblete Rapilon

Stage en Aveyron – jour 5

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email

Jeudi 14 août 2014 – stage Arnis Kali avec Dani Faynot Nous avons commencé la journée sous un ciel incertain, ce qui nous a valu quelques aller-retour du camp d’entraînement au gymnase. La pluie ayant eu gain de cause, nous nous sommes donc entraînés à l’abri. Le thème de la matinée était divisé en 3 parties : la longue distance avec Arnis de Campo, la courte distance avec Arnis de Salon et la moyenne distance Medio-Corto avec ses désarmements.

IMGP3612
Proche du camping

Arnis de Campo

Après une petite mise en route musculaire (échauffement général par John, marche en canard, marche du sing, pompes au mur ou retournées) nous avons abordé la canne des champs ou Arnis de Campo. Campo voulant dire « champs ». C’est là que pratiquent les Philippins. Les mouvements sont amples, forts, appuyés et la distance face à son adversaire est longue. En fédense, on utilise la déviation. Pour parfaire nos techniques, Dani nous a fait travailler seul 3 enchaînements :

  • Garde sierada, ouvrir la garde à droite, reculer de 3 pas, avance revers d’uppercut
  • Garde sierada, ouvrir la garde à droite, reculer en laissant traîner au sol sa canne, ce qui est une invitation au combat, avance revers d’uppercut.
  • Frappe au pied en allant chercher loin devant, avance, déplacement, frappe tête.

Les gestes sont en puissance et doivent faire entendre le bruit de la canne ‘ouuuuu’. Après cela, nous sommes passés au « Jumping Joe ». C’est le nom que master José (Joe) Mena a donné à ce saut en référence au « jumping jack »; petit jouet américain où le diable ou un clown sur un ressort saute de sa boîte lorsqu’on l’ouvre. Cette image permet de visualiser la technique à effectuer, à savoir une attaque forte sur un saut pour terminer son enchaînement et son adversaire. L’arnis de Campo utilise donc tout l’espace disponible avec des techniques fortes, avec amplitude et sur de longues distances. Pendant la pause, Dani nous fait un petit historique de l’Arnis à travers la géographie des îles et de l’Asie. IMGP3625 arnis de campo

Arnis de Salon

Nous avons travaillé ensuite sur de courtes distances avec l’Arnis de Salon, qui va s’utiliser dans un espace restreint, un salon, qui va s’utiliser dans un espace restreint, un salon, une pièce, une rue étroite, etc. Cette approche nous permettra de s’entraîner seul chez soi. Ici l’important étant de ne pas faire de mouvements amples, mais de garder au maximum les coudes au corps. L’attaque reste cependant puissante. Pour mettre en pratique, nous avons divisé le groupe en 2, les attaquants, les défenseurs, de façon à apprendre un ensemble de combinaisons avec Grégoire et Jean-David, puis à 2 nous l’avons mis en pratique en respectant un rythme et de plus en plus rapide. La difficulté étant de connaître par coeur ses techniques, de conserver sa concentration et de gérer ses courts déplacements. FV5B0231 FV5B0225 FV5B0208 FV5B0206

Medio-Corto

Avec Lionel, nous avons terminé par la distance moyenne avec des techniques de désarmements bâton contre bâton. Là, le placement est très important pour arriver dans le temps et à récupérer l’arme de l’adversaire. Le « pipit », lui, permet de bloquer bloquer les doigts de son adversaire entre les 2 cannes de façon à l’immobiliser. FV5B0260 FV5B0273 FV5B0276 FV5B0285 A la fin de cette matinée, nous avons pu constater le retour du soleil, au grand regret de Dani de ne pas avoir pu nous faire travailler Arnis de Campo comme cela se fait aux Philippines, à l’extérieur, dans les champs. Nous avons ensuite eu le plaisir de rencontrer la maman et la fille de Dani, qui ont partagé avec nous un autre repas philippin, à base de riz, de porc et de foie en sauce avec ses légumes et un dessert composé de tapioca, lait de coco, boulettes de riz gluant et fruits exotiques des Philippines que nous ne connaissions pas (Jacquier, patate douce). Comme tous les midis, chacun fait honneur à ces plats et surtout Christophe. IMGP3663 IMGP3665 IMGP3666 La fatigue et les petits bobos commencent à se faire sentir, pourtant cela n’entame en rien la motivation et l’enthousiasme de chacun.

Article écrit par Valérie Rochery pour www.arnis-kali.com - ceinture orange WADR
Facebook
Twitter
WhatsApp
Email